Antoinette Fouque: « Etre une femme n’est pas une construction  - Elle

Antoinette Fouque: « Etre une femme n’est pas une construction  - Elle

Auteur et théoricienne

Bien sûr, Antoinette Fouque (http://www.elle.fr/Societe/Interviews/Antoinette-Fouque-Etre-une-femme-n-est-pas-une-construction-2648902) a prêté sa plume à plusieurs livres collectifs tels que "Mémoire de femme 1974-2004", "Génération MLF 1968-2008" ou "Portraits choisis". En 2013, elle est à l'initiative de l'ouvrage "Le dictionnaire universelle des créatrices", qui raconte 40 siècles de création des femmes. La théoricienne se différencie de la philosophe Simone de Beauvoir et sa théorie du 2e sexe. La lutte d’Antoinette Fouque ne répond pas aux tentations de l'activisme sans concessions, elle revendique la place de mère.

Antoinette Fouque, de la cité phocéenne à la capitale

Antoinette Fouque se retrouve confrontée aux difficultés qu’une femme rencontre quand elle doit assumer ses rôles de femme et de mère alors qu'elle a une profession lorsqu'elle donne naissance à son premier enfant au milieu des années 60. Son père est un militant syndicaliste. Antoinette Fouque est née dans la cité phocéenne. C'est dans la cité phocéenne qu'elle passe une enfance paisible.

L'éditrice ouvre une première librairie à Saint-Germain-des-Prés, où elle propose l'ensemble de la littérature féminine du moment. Lieux de débats où les journaux et livres sont à la disposition de ceux qui entrent, les librairies ouvertes par Antoinette Fouque ouvrent leurs portes jusque tard le soir. Le public a connu de nombreux écrivains grâce à la société d’édition d’Antoinette Fouque, qui totalise des centaines d'ouvrages consacrés à la réflexion féminine.

Antoinette Fouque, du Mouvement de libération des femmes à l’Alliance des femmes pour la démocratie

Pour éviter une récupération par les partis, la marque MLF a été déposée à l'Institut national de la propriété intellectuelle. Au début des années 80, Antoinette Fouque s'éloigne du Mouvement de libération des femmes lorsqu'elle s'envole pour les USA. Le MLF, alors victime de de luttes intestines, perd des activistes et de l’influence. Elle lance le Mouvement de Libération des Femmes avec l'appui de différentes militantes. A la fin des années soixante-dix, Antoinette Fouque et d'autres militantes choisissent de déclarer le Mouvement de libération des femmes comme une association.

A Strasbourg, Antoinette Fouque assure la vice-présidence de la commission des droits de la femme. L'AFD créée par Antoinette Fouque est plus que jamais active et appuye la gauche, qui relaie le combat des femmes.. L'AFD défend la notion d'égalité.