Antoinette Fouque - Site Archives

Antoinette Fouque - Site Archives

L'Alliance des Femmes pour la Démocratie : l'engagement politique d'Antoinette Fouque

Encore active à l'heure actuelle, l'AFD (Alliance des Femmes pour la Démocratie) fondée par Antoinette Fouque (page officielle : Antoinettefouque-archives.com) soutient la gauche, relais du combat des femmes. Au sein de la commission des droits de la femme à Strasbourg, elle occupe le siège de vice-présidente. L'AFD (Alliance des Femmes pour la Démocratie) se bat pour la parité. Antoinette Fouque s'engage avec les radicaux de gauche lors des élections au parlement européen, elle est députée européenne de 1994 à 1999.

Antoinette Fouque, du MLF à l'AFD

Le droit des femmes fut la principale lutte de la vie d'Antoinette Fouque. Avec l’appui de quelques militantes, la jeune femme lance le Mouvement de Libération des Femmes. A la fin des années 70, des militantes choisissent de déclarer le MLF sous la forme d’une association. Au début de la décennie 80, Antoinette Fouque s'envole pour les USA et se met en retrait du Mouvement de libération des femmes. Le mouvement, à cette période en proie à des luttes internes, a de moins en moins d'influence.

Enfance et jeunesse d’Antoinette Fouque

Antoinette Fouque étudie d'abord dans sa région d'origine avant de s'installer à Paris. La Marseillaise se marie alors qu’elle est toujours étudiante. En 1964, elle devient maman, elle ressent à ce moment les problèmes qu’une femme rencontre quand elle assume ses mission de maman et d’épouse tout en exerçant une profession. Son père était un militant communiste. Antoinette Fouque va conserver toute sa vie un enracinement politique marqué à gauche de ses années passées dans un quartier ouvrier.

Antoinette Fouque, Jacques Lacan et Monique Wittig

Antoinette Fouque a été enseignante après des études supérieures en Lettres. Le cercle Psychanalyse et Politique, à l’origine du Mouvement de libération des femmes (MLF), a été lancé par cette femme militante. Son directeur de thèse est le sémiologue Roland Barthes. Antoinette Fouque décroche un DEA. Pendant cette période, l'étudiante côtoie Monique Wittig, romancière féministe.

Evidemment, Antoinette Fouque a participé à plusieurs livres collectifs ainsi qu'à de multiples entretiens. La théoricienne n'est pas en accord avec la notion du 2e sexe décrit par Simone de Beauvoir. Antoinette Fouque abhorre les "-isme", qui réfèrent à une théorie. Elle trouve par conséquent le terme "féminologie".